L'Effet

Téléchargement

Dans la même collection

L'Effet

Rhétoriques des Arts XVIII

Second par nature, associé à l’idée d’une causalité “mécanique,” à la production scolaire, emphatique et manipulatrice (effet rhétorique, effet de manche), l’effet en art est souvent dévalorisé au profit de ce qui serait premier (la présence, la substance, la vérité, le sens, le réel…). L’effet est “facile,” “plat,” “attendu,” résultat de la simple application de moyens techniques (les effets spéciaux, par exemple). “Théâtral,” “spectaculaire” ou “rhétorique,” il est superficiel. indigne du “génie” de l’art. Pourtant, conçu par l’artiste ou “produit” par l’œuvre, l’effet est bien au cœur de la création artistique et de l’expérience esthétique. A ce titre, peut-il être un pivot de la réflexion sur l’art ? C’est ce qu’examine ce volume.

Cézanne disait que “la peinture est l’art de combiner des effets.” De fait, que serait une œuvre sans effet — ou qui n’“effectuerait” rien ? Quand un artiste se demande ce que “ça donne,” c’est bien pour savoir “l’effet que ça fait.” Car l’effet affecte. Surprise, émotion, plaisir des “sens” ou de l’intellect sont des effets de l’œuvre. Mais comment distinguer ces types d’effets ? A partir de quand et selon quels critères jugera-t-on qu’il y a défaut ou excès d’effet ? Faut-il distinguer effet et procédé ?

L’effet se situe aux confins de l’esthétique, du rhétorique et du po(ï)étique. Si les “effets” résultent d’intentions et de causes artistiques et techniques, l’“effet de l’art” est souvent perçu comme transcendant les moyens et la matérialité de l’œuvre. Ainsi le sublime rhétorique de Longin, l’effet de la figure ou du trope, ou bien cette grâce ou ce je-ne-sais-quoi qui “remplit l’esprit de plaisir, bien qu’on en ignore l’origine” (L. Dolce).

Poser la question de l’effet, c’est donc s’interroger sur les effets qui font l’œuvre, sur ce que les œuvres effectuent, sur l’existence et la nature d’un “effet de l’art” — ou d’un “art de l’effet.”

A partir d’exemples et de réflexions puisés dans la diversité des arts et des discours sur les arts, ce volume  interroge donc les “raisons des effets” en art et la manière dont les artistes présentent, simulent, dissimulent ou pensent le rapport causalité/efficacité. Dans un perspective interdisciplinaire, ces questions sont examinées à partir d’analyses d’œuvres picturales, littéraires, cinématographiques et musicales, elles-mêmes inspirées par l’esthétique, l’histoire de l’art, la philosophie, la critique littéraire et cinématographique, la stylistique, la rhétorique.

Textes de Bruno-Nassim Aboudrar, Gilles Cabanes, Catherine Collobert, Jean Colrat, Jean-Pierre Cometti, Pierre-Henry Frangne, Jean-Gérard Lapacherie, Suzanne Liandrat-Guigues, Marie-Noëlle Moyal, Marie-Dominique Popelard, Bertrand Rougé, Ronald Shusterman, Isabelle Thomas-Fogies.


Responsable technique/administratif
Brigitte CUPERTINO

contact@presses-univ-pau.fr
Tél. : 05 59 40 79 15

PUPPA
Institut Claude Laugénie
Domaine universitaire
Avenue du Doyen Poplawski
64000 PAU


Règlement par chèque ou virement bancaire (Téléchargez notre RIB).

Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires Vous pouvez consulter les Conditions Générales de Vente complètes ou nous contacter par e-mail ou téléphone.


Pour des achats en lots vous pouvez bénéficier d’une remise des frais de transport.

Merci dans ce cas de nous contacter par e-mail à l'adresse suivante : contact@presses-univ-pau.fr